Bouddhisme Engagé


Senju Kannon

Nous vivons un moment clé de la vie sur terre. La communication et la science n’ont jamais été aussi développées et en même temps nous assistons à une mise en danger et cause systémique de la vie sur terre. De nos actions, à chacun de nous, ici et maintenant, dépendra la viabilité du monde que nous laisserons derrière nous.

Se libérer des peurs et prendre soin du monde : Parce que la Voie du Bouddha nous engage à nous libérer de nos peurs et à prendre soin du monde, nous devons apprendre à ne plus établir de distinction entre notre pratique de la méditation et le monde extérieur : la réflexion ne précède pas l’action, elles se nourrissent réciproquement.
Parce que des outils et méthodes, reprenant des spécificités propres au bouddhisme, nous semblent adaptés à notre société, comme le non-dualisme ou la non-violence, nous avons mis en place le programme BASE. Il s’adresse à des proches des enseignements du Bouddha, bouddhistes, sympathisants, pratiquants de la méditation. Ce programme constitue une boîte à outils, souple et dynamique, fondé sur 5 engagements et 5 pratiques :

Les 5 engagements

  • Prendre soin du monde : C’est s’engager pour la durée du programme à consacrer une partie de son temps hebdomadaire à soulager la souffrance de personnes en détresse ou à œuvrer à la transformation sociale.


  • Comprendre et apprendre : C’est s’engager à élargir sa compréhension des souffrances et à explorer les peurs, conditionnements et obstacles au changement, qu’ils soient personnels ou collectifs, en utilisant des outils pédagogiques (lectures, formations, ateliers, etc.) existants ou en en créant de nouveaux.


  • Pratiquer le Dharma : C’est s’engager à cultiver le don, l’attention, la méditation, la non-violence, la parole juste comme autant d’outils de compréhension de soi et du monde.

  • Se soutenir mutuellement : C’est s’engager à soutenir et être soutenu, en faisant du groupe un espace bienveillant et un lieu de pratique. Le groupe se réunit régulièrement afin d’assurer sa cohésion, élément indispensable du programme Base.

  • Participer : C’est se sentir engagé envers soi-même et envers le groupe, à un processus de transformation, pendant toute la durée du programme. L’engagement implique d’être présent aux réunions décidées par le groupe (en général une réunion par mois, le samedi matin, pendant 6 mois)  et de respecter son engagement social.


Les 5 pratiques

Les expérimentations passées nous ont permis de développer cinq pratiques simples qui structurent les groupes BASE et qui sont généralement répétées à chaque rencontre. Elles sont accessibles à tous, même si elles requièrent un temps d’apprentissage afin d’apprécier pleinement leur pouvoir de transformation individuelle et collective. Ces pratiques nous invitent à penser, parler et agir de façon digne et responsable.




  • Le partage du silence : est une forme d’assise silencieuse qui peut être pratiquée par toute personne, quelle que soit sa pratique du dharma. Il s’agit d’un acte collectif de commune présence par lequel les participants, dans leurs différences, ne forment qu’un seul corps. Le partage du silence crée les conditions favorables à la pratique du cercle et dispose les membres de la communauté à exercer une parole juste lors des assemblées.

  • La pratique du cercle : est une pratique de la parole partagée qui permet à chacun d’être écouté et de parler avec sincérité. La pratique du cercle crée un espace de dialogue sans jugement, sans stratégie, sans domination. Elle permet que chacun trouve sa place dans le groupe et qu’il soit accueilli pour ce qu’il est. Elle permet également de développer un sentiment de confiance en soi et dans les autres. Lire le descriptif complet.

  • La méditation du goût unique : est une marche méditative en groupe dans un espace urbain ou dans la nature. Cette pratique s’inspire de la «marche du guerrier» proposée par le maître tibétain Chögyam Trungpa. Elle vise à développer un sentiment d’appréciation de la vie. Elle nous montre également que nos obsessions et le trop-plein des pensées nous coupent d’une grande partie de la réalité. Elle nous apprend également à agir seul au sein d’un groupe tout en tenant compte des interactions avec les autres.

  • Le partage du repas :  est une  pratique empruntée à la tradition zen qui accorde une importance égale à la méditation assise ainsi qu’au partage communautaire des repas. Il s’agit d’une pratique du geste dans laquelle on développe des sentiments de gratitude, de respect et d’harmonie.

  • Le rituel : Chaque rencontre débute et fini par un rituel simple de remémoration des engagements. Elle nous permet de nous relier à nos motivations les plus profondes ainsi qu’à notre besoin de changement.